La loi est en faveur des agences d’Escort en Suisse

Certains pays européens ont été choqués par la nouvelle législation suisse en ce qui concerne la prostitution élégante. Maintenant, les ressortissantes des États membres de l’UE ont le droit d’exercer une activité lucrative à Genève ainsi qu’à d’autres cantons du pays. Les agences d’Escort-girls profitent de cette loi pour chercher des candidates pour travailler au sein de leurs compagnies.

La loi suisse sur la prostitution a été modifiée par le TF

Si les établissements et les salons de massages érotiques se développent en Suisse de nos jours, c’est surtout grâce au TF (Tribunal fédéral). La législation a, en effet, modifié quelques textes de la loi genevoise permettant aux gérants de ces entreprises d’ouvrir une agence plus facilement. Maintenant, ils ne sont plus obligés de signer un contrat avec le propriétaire de l’immeuble avant de recruter des Escort-girls compétentes. Le marché de la prostitution élégante est, donc, en plein essor à Genève. D’ailleurs, certains établissements proposent des tarifs attrayants à leurs clients, car ils ont été fixés en fonction du physique des filles. Les cibles sont notamment des personnes riches qui veulent se relaxer et avoir du bon temps de temps en temps dans leur vie de tous les jours.

Les filles qui travaillent dans une agence ont des droits

Au lieu de travailler dans la rue ou dans les bordels, les Escort-girls préfèrent exercer leur métier au sein d’une compagnie, car dans ces lieux elles sont protégées contre les abus. Elle ne peut pas offrir un service sexuel à un client si celui-ci n’a pas respecté les règlementations établies. La police est là pour veiller à leur sécurité. Par ailleurs, les travailleuses de sexe ont des droits comme les autres citoyennes. Puisqu’elles sont titulaires d’un permis de travail valide, elles bénéficient d’une assurance maladie. En revanche, elles doivent payer leur impôt et elles ne peuvent pas échapper aux charges sociales établies par la loi suisse.

Qu’est-ce qu’il faut faire avant d’ouvrir une agence d’Escort ?

Le relâchement de la loi sur la prostitution a permis aux exploitants d’agence d’Escort et de salon de massage érotique à louer des locaux dans le canton de Genève plus facilement. Par contre, ils doivent informer le groupe de prostitution de la Brigade de lutte contre la Traite et la Prostitution illicite (BTP) pour pouvoir exercer ce métier dans le pays. La signature d’un bail commercial est indispensable et quelques documents doivent être fournis.